La Grande Mosquée de Paris - Comment des Musulmans ont sauvé des Juifs de la Shoah

Grande_mosu_e



Auteur / Illustrateur : Karen Gray Ruelle, Deborah Durland DeSaix
Editeur : Salvator
ISBN : 978-2-7067-0746-9
Nb. de pages : 40 pages

 

 

 



Résumé :

De 1940 à 1944, pendant l'Occupation de Paris par les nazis, toute personne juive pouvait être arrêtée et déportée vers un camp de concentration. Peu de Parisiens étaient prêts à risquer leur vie pour les aider. Pendant ces temps si périlleux, beaucoup de Juifs ont trouvé refuge dans un lieu des plus improbables : La Grande Mosquée de Paris. Sise au cœur d'une grande propriété, la Grande Mosquée de Paris n'était pas seulement un centre spirituel, mais aussi un lieu communautaire avec des jardins, des appartements, un dispensaire, une bibliothèque, et même un restaurant. Véritable ruche où se déroulaient de multiples activités, la Grande Mosquée était un lieu idéal où ont pu se cacher temporairement des prisonniers de guerre évadés, et des Juifs de tous âges, y compris des enfants. Karen Gray Ruelle et Deborah Durland DeSaix racontent cette histoire peu connue des annales de la Résistance française à laquelle participa la communauté kabyle via la Grande Mosquée. Les auteures montrent magnifiquement comment le courage, la foi et le sens de la justice de ces Français musulmans ont sauvé tant de vies, juives et non juives.

Mon avis :

Un très bel album sur un aspect méconnu de notre histoire : la mobilisations des musulmans et notamment du Grand Recteur de la mosquée de Paris pour sauver des juifs pendant la Seconde guerre mondiale. Ces hommes ont risqué leur vie pour en sauver d’autre. A un moment où juifs et les musulmans sont en froid, cela fait du bien de lire un livre où le sens de l’entraide et de la solidarité sont des valeurs fortes.
L’auteur nous parle de la vie dans la mosquée, des stratégies mises en place pour échapper à la surveillance des nazis. Cependant, le texte est trop didactique et j’aurais aimé qu’il soit plus romancé. Ce qui, à mon avis, est préférable pour un album jeunesse. A la fin, on trouve une bibliographie. C'est une bonne idée car, si le contenu est trop riche pour des enfants, il est trop léger pour des adultes.
Les illustrations sont très douces, ce qui contraste avec la dureté du sujet abordé.

 

 challengealbum

Lu dans le cadre du challenge : Je lis aussi des albums 2013

 

 

 

 

 

 

PetitbacChallengeet au challenge : Petit Bac 2013