Les ombres du styx : le maître de l'éternité

Ombres styx

 

 

 


Auteur : Isabelle Dethan
Editeur : Delcourt
ISBN : 978-2-7560-2546-9
Nb. de pages : 47 pages
Tome 1

 

 

 

 




Résumé :

205 après J.-C., Leptis Magna, grande cité impériale d’Afrique du Nord. Un vent de panique souffle sur la ville en proie à une vague de meurtres particulièrement cruels et sanglants. De jeunes garçons appartenant à l’élite sont enlevés, assassinés, et leur corps exposés sous forme de momies sur la place publique… Marcus Seïus Dento, l’enquêteur spécial de l’empereur Septime Sévère est dépêché sur place.

Mon avis :

L’histoire se déroule au deuxième siècle après JC, dans la ville de Leptis Magna (actuelle Tunisie). Des corps d’enfants sont retrouvés, les uns après les autres, embaumés et exposés sur le forum. L’empereur envoie sur place Marcus Seïus Dento, un enquêteur chargé de trouver le coupable. Mais sa mission ne va pas se révéler aussi facile que prévu car pour mener à bien son enquête, il doit se confronter à des intérêts contradictoires. Pourtant, il doit faire vite car un autre enfant est porté disparu.

Ce premier volume est assez frustrant : on croit saisir le coupable et juste avant la fin de la bande-dessinée, on découvre que ce n’est peut-être pas lui. Peut-être… Ce premier volume nous plonge au cœur de l’intrigue tout en  prenant le temps d’installer le décor et de présenter les principaux personnages. L’intrigue est très bien menée et l’auteur nous entraîne où elle veut. Elle sait créer une certaine tension en nous faisant apercevoir le coupable, mais sans nous permettre de l’identifier.

J’ai beaucoup aimé le décor dans lequel évoluent les personnages : cela change de la ville de Rome et permet de découvrir la vie dans une cité romaine d’Afrique du Nord. Cela donne au récit une touche d’exotisme qui n’est pas désagréable. De plus, cela permet à l’auteur de jouer avec des coutumes qui sont légèrement différentes de celles dont on a l’habitude (pour ceux qui comme moi sont fan de bande-dessinée sur l’Antiquité).

L’atmosphère de cette époque est particulièrement bien rendue par le trait d’Isabelle Dethan. Les couleurs sont douces, ce qui contraste avec la noirceur de l’intrigue. Les traits des visages sont assez grossiers mais confère un côté humain aux personnages.

Logo_BD_Mango_bleuRome_Antique